Réflexions sur l’insécurité alimentaire au Canada!

Réflexions sur notre cinquième anniversaire et sur l’état de la faim au Canada par Michael McCain et Lynda Kuhn.
Mother and daughter cooking vegetables in the kitchen.

Michael McCain… ma vie a toujours été centrée sur la nourriture. Lorsque j’étais jeune, j’ai travaillé dans les champs de pommes de terre près de chez moi au Nouveau-Brunswick. Je suis entré au service de McCain Foods immédiatement après mes études universitaires, puis chez les Aliments Maple Leaf en 1995. Le secteur de l’alimentation a été bon pour ma famille et pour nous tous chez les Aliments Maple Leaf. Il nous offre des carrières intéressantes à produire de bons aliments qui nourrissent des millions de familles.

Alors, je n’ai jamais pu comprendre que tant de Canadiens n’aient pas la sécurité essentielle de pouvoir se nourrir eux-mêmes et de nourrir leurs familles. C’est ainsi qu’a débuté, en 2014, le parcours de créer un organisme qui produirait un impact durable et positif sur l’insécurité alimentaire au Canada. Nous voulions aller bien au-delà du « secours alimentaire » en contribuant nos ressources et nos compétences en affaires afin d’aider à résoudre ce problème social épineux.

J’ai beaucoup appris depuis que nous avons fondé le Centre d’action de Maple Leaf pour la sécurité alimentaire vers la fin de 2016. Nous savons plus que jamais que la nourriture en tant que telle ne solutionnera pas l’insécurité alimentaire; la source du problème est la pauvreté alliée à l’isolement géographique et aux obstacles liés à la santé, à la société et aux connaissances. Nous affrontons toutes ces questions en mettant la recherche, la collaboration, les investissements et la défense des droits à contribution.

En travaillant en collaboration, nous nous efforçons d’engager les Canadiens et de réduire l’insécurité alimentaire

En décembre, nous célébrons le 5e anniversaire du lancement du Centre. Nous avons forgé des rapports très serrés avec des leaders éclairés du travail en sécurité alimentaire. Nous avons engagé plus de 8 millions de dollars dans 24 initiatives d’un océan à l’autre. Nous avons plaidé cette cause auprès du gouvernement et mené des campagnes de sensibilisation afin d’engager les Canadiens et d’inciter à l’action.

Je suis incroyablement fier de notre travail et de l’incidence que nous commençons à avoir. Nous avons abordé cette question sociale avec humilité et en nous ouvrant à l’apprentissage. Nous avons fait naître chez les autres la confiance que nous nous investissons à long terme et que nous nous engageons à apporter des changements profonds qui vont bien au-delà des dons d’aliments. Il ne s’agit pas d’un travail habituel pour une grande entreprise alimentaire et le Centre mène la charge afin d’inciter d’autres partenaires du secteur privé à y participer. Nous sommes en mesure d’offrir une telle expertise – en faisant appel à nos compétences en affaires et nos méthodes pour résoudre des problèmes complexes. Cela peut changer la donne pour nos partenaires qui, pour leur part, nous en apprennent toujours plus.

Lynda Kuhn… j’ai dans le sang le besoin de travailler pour fait progresser la justice sociale. J’ai débuté ma carrière en œuvrant dans des communautés des Premières Nations, ce qui m’a menée au travail de développement communautaire en région rurale du Cap-Breton, à être cofondatrice d’un programme d’éducation et de leadership au Kenya et à un parcours sinueux jusqu’aux Aliments Maple Leaf, où j’ai l’honneur de présider au Centre d’action pour la sécurité alimentaire.

C’est un travail difficile à accomplir dans l’isolement du travail à domicile, alors j’ai récemment commencé à faire du bénévolat auprès d’un Centre communautaire d’alimentation et banque alimentaire local. En plus du travail portant sur la vue d’ensemble, j’ai besoin de liens directs sur le terrain avec les gens et les programmes que nous soutenons.

Programmes de sécurité alimentaire au Canada

Le Centre communautaire d’alimentation à Hamilton, en Ontario (comme ceux qui sont situés partout au Canada) offre un espace accueillant dans un quartier à faibles revenus où les gens viennent pour s’épanouir, cuisiner et partager. Il offre aux gens un accès aux bons aliments dans un endroit respectueux où ils peuvent trouver des amis et du soutien. Il n’y a pas de queues à la porte, aucune exigence de prouver votre admissibilité à accéder à la nourriture, ni de dons d’aliments sans vous laisser choisir.

Les gens sont accueillis avec le sourire et on leur offre un délicieux repas à apporter – une situation temporaire en raison de la COVID-19; on prévoit recommencer les repas consommés à l’intérieur au printemps.

Une femme que je vois souvent vit seule avec son fils adulte qui a des handicaps multiples. Et pourtant, elle trouve toujours le temps de jaser et d’apprendre de nouvelles astuces culinaires! Certains sont de nouveaux arrivants au Canada et sont tellement heureux d’être ici et de recevoir l'accueil que leur réserve le Centre communautaire d’alimentation. Certains sont des adolescents qui viennent cueillir le souper de leurs familles. Le menu du soir est affiché, ainsi que tous les ingrédients et parfois même une recette que les gens peuvent essayer de préparer eux-mêmes. Il y a des cours de cuisine, des séances de groupe pour discuter de l’oppression et des traumatismes, des événements amusants pour les enfants. Dans l’ensemble, les Centres communautaires d’alimentation construisent des communautés, réduisent l’isolement social qui résulte souvent de la pauvreté et améliorent les compétences et les connaissances. La nourriture est excellente pour créer des liens. En plus de répondre à un besoin physique, elle nourrit l’âme.

Stimuler le changement

Ce sont nos voisins et une partie du travail auquel le Centre accorde son soutien. La pandémie a exposé à quel point de nombreuses personnes sont vulnérables dans notre société; la distinction subtile entre arriver à se débrouiller et devoir faire le choix impossible entre payer le loyer ou nourrir sa famille. Nous devons continuer à plaider pour le changement afin que personne ne soit obligé de compter sur les organismes de bienfaisance pour accéder aux aliments dont ils ont besoin. C’est pourquoi le Centre travaille dans l’ensemble des secteurs et avec le gouvernement pour stimuler la collaboration et le progrès.

Je trouve inadmissible qu’au Canada, un de nos enfants sur six doive vivre dans l’insécurité alimentaire. Nous demandons au gouvernement du Canada d’établir l’objectif de réduire l’insécurité alimentaire de moitié d’ici 2030 et vous pouvez aider. Si, comme moi, vous croyez qu’il faut agir, cliquez ici pour envoyer une lettre à votre député(e).   

Michael McCain est président et chef de la direction chez les Aliments Maple Leaf et président honoraire du Centre d’action de Maple Leaf pour la sécurité alimentaire.

Lynda Kuhn est vice-présidente principale chez les Aliments Maple Leaf et présidente du Centre d’action de Maple Leaf pour la sécurité alimentaire.