Notre fier parcours vers le logement libre pour les truies

Pourquoi le logement en groupe est logique pour nos porcs et notre personnel.
Arial view of sows in Maple Leaf Foods Advanced Open Sow Housing system- Photo taken Oct-2018

Par Jonathan Sawatzky, vice-président, Agri-Farms Maple Leaf

Parfois, les changements profonds débutent par une idée qui semble d’abord impossible. Je suis persuadé que lorsque nous avons annoncé notre intention de convertir l’ensemble de nos logements pour les truies dans les porcheries qui appartiennent aux Aliments Maple Leaf au logement libre et d’éliminer l’utilisation de cages de gestation, beaucoup de gens se sont demandé si nous allions réussir ou surtout, si nous allions plutôt regretter notre décision.

En réalité, alors que nous terminons notre conversion de logement, je suis plus que jamais convaincu que nous avons pris la bonne décision pour nos porcs et curieusement, également pour notre personnel.

La conception de notre logement libre pour les truies

Lorsque nous nous sommes engagés à planifier la restructuration de nos porcheries, nous avons procédé après avoir fait des recherches exhaustives. Nous avons visité des installations en Europe et étudié leur façon de procéder. Nous n’avons pas vu de système qui convenait idéalement à notre exploitation, alors nous avons regroupé les meilleures idées que nous avions observées afin de créer notre propre système unique que nous avons nommé logement libre de pointe pour les truies.

Notre système ne se limite pas à simplement loger les truies en groupes. Il a été conçu leur permettre de choisir quand manger lorsqu’elles ont faim, quand jouer lorsqu’elles ont envie de socialiser et quand dormir lorsqu’elles sont fatiguées.

Nous utilisons chaque jour nos compétences en bien-être animal

Ce système nous offre des cadeaux inattendus, y compris, pour notre personnel, l’occasion d’exercer pleinement leurs compétences en matière de soin des animaux. Il est intéressant de noter que les « idées reçues » à propos des cages de gestation portent à croire qu’il est plus facile de loger les truies de cette façon. Nous avons constaté que c’est tout à fait le contraire.

En conséquence de la conception de logement que nous avons créée, nos techniciens en santé animale peuvent maintenant observer les truies lorsqu’elles se déplacent, jouent, mangent et interagissent. Ils peuvent identifier les problèmes plus facilement en voyant les truies qui se déplacent librement et en observant les comportements en action. Ils apprennent à reconnaître quelle truie est timide, laquelle aime bien jouer, laquelle aime diriger et laquelle est espiègle, comme l’une des truies de notre porcherie de Green Valley qui mord l’arrière des bottes des gens à leur arrivée afin de se faire remarquer. Son comportement semble annoncer « Je suis là! Grattez-moi les oreilles », ce qu’ils font avec enthousiasme. Nos équipes apprennent aussi à reconnaître les changements de comportements qui laissent entrevoir des problèmes potentiels et leur permet de s’acquitter proactivement des soins nécessaires. 

Comment mesurons-nous le succès?

Alors, comment mesurons-nous la réussite de la conversion? Nous observons cette réussite dans la santé de nos truies. Nous la voyons dans leur capacité de mettre bas des porcelets en bonne santé. Et nous la voyons chez notre personnel qui éprouve une plus grande satisfaction au travail.

Nous pouvons aussi mesurer le succès dans ce que nous ne voyons pas. Les truies confinées dans des cages de gestation manifestent souvent des comportements répétitifs stéréotypés comme de se frapper la tête et de mordre les barreaux, en tant que moyen de gérer le stress causé par la vie dans un espace clos. Ces comportements ne se produisent tout simplement pas dans notre logement libre.

Nos porcheries d’Agri-Farms Maple Leaf fournissent 40 pour cent des porcs dont a besoin les Aliments Maple Leaf pour créer ses produits de porc. Le reste des porcs dont nous avons besoin provient de producteurs indépendants chez qui la conversion est en cours – et on ne peut trop insister sur le fait que cela exige un engagement considérable. Nous espérons que notre expérience de conversion saura inspirer d’autres producteurs et qu’elle leur montrera qu’en plus d’être possible, elle est plus bénéfique, d’innombrables façons, pour les porcs et pour les personnes qui les élèvent.