Centre des médias
2004/06/14

La société Rothsay investit plus de 14,5 millions $ dans la production de biodiésel, un carburant alternatif qui a fait ses preuves

Énergie renouvelable et transport Une entreprise de la Rive-Sud de Montréal va de l'avant La société Rothsay investit plus de 14,5 millions $ dans la production de biodiésel, un carburant alternatif qui a fait ses preuves

Ville Sainte-Catherine, le lundi 14 juin 2004 — La société Rothsay s'engage résolument dans la production du biodiésel, un carburant alternatif totalement « vert » qui a fait ses preuves, notamment lors de l'expérience fort concluante du projet BIOBUS, à Montréal, en 2002. La société consacrera près de 14,5 millions $ au total donc 7 million $ d'argent neuf, au cours des prochains mois, à l'accroissement de la production de biodiésel de son usine de Ville de Sainte-Catherine, en banlieue sud de Montréal. Cet investissement totalement privé permettra à Rothsay de se maintenir aux premiers rangs des producteurs de biodiésel, au Canada. Les travaux débuteront cet été et seront complétés au printemps prochain.

La société Rothsay, filiale à part entière du Groupe Aliments Maple Leaf inc., se spécialise dans le recyclage des résidus agroalimentaires (graisses animales et huiles de fritures recyclées), qui sont utilisées pour produire le biodiésel. L'investissement annoncé aujourd'hui lui permettra de créer plus d'une douzaine de nouveaux emplois spécialisés (chimistes) et d'en maintenir plus d'une soixantaine d'autres, sans compter les emplois indirects. Il lui permettra également d'augmenter à 35 millions de litres, annuellement, à sa capacité actuelle de 42 millions de litres de biodiésel, avec la possibilité de la doubler, la faisant ainsi passer à 70 millions de litres.

L'établissement de Rothsay, à Ville Sainte-Catherine, abrite la première usine de production commerciale de biodiésel au Canada.

« Nous sommes convaincus que le biodiésel constitue une solution gagnante, tant sur le plan économique qu'environnemental », a déclaré M. Claude Bourgault, directeur pour le Québec, de la société Rothsay. « Le biodiésel est facile d'utilisation et performant, et il contribue à diminuer de façon concrète et significative les émissions de gaz à effets de serre (GES) et d'autres émissions polluantes. Il tient la route et constitue une occasion unique pour le Québec de développer une industrie «verte» à très haut potentiel d'affaires. » a jouté M. Bourgault.

La quantité de matières grasses au Québec est en effet très importante. On estime que la totalité du biodiésel produit au Québec pourrait l'être à partir de matières grasses existantes, sans hypothéquer de terres agricoles ou menacer l'environnement.

« Le biodiésel est, sans aucun doute, l'une des solutions de l'avenir pour le transport durable. De plus, il fournit une occasion unique de recycler intelligemment une industrie qui a subi son lot de difficultés, au cours des dernières années (maladie de la vache folle), en valorisant les matières résiduelles qui abondent au Québec. Et c'est une solution rentable », a conclu M. Bourgault.


Communiqués de presse et discours